Jean Penichon">

Association Nationale des Communistes

Forum Communiste pour favoriser le débat...

Accueil |  Qui sommes-nous ? |  Rubriques |  Thèmes |  Cercle Manouchian : Université populaire |  Films |  Adhésion

Accueil > International > La Russie envahit, mais il n’y a pas de bons gars dans la guerre en (...)

La Russie envahit, mais il n’y a pas de bons gars dans la guerre en Ukraine

dimanche 27 février 2022 par Jean Penichon

Un des meilleurs articles publié dans la période est celui du parti communiste des États-Unis et si eux ont le courage de dire la vérité sur qui est qui, un communiste français devrait le pouvoir (Ici Danielle parle du PCF-NDLR). Sauf que pour les Français le champ de bataille se rapproche dangereusement et bientôt multipliera censures et divagations, le tout dans la plus nulle des élections présidentielles qui produira certainement le pire que chacun cherche à éviter entre l’extrême-droite et le catastrophique MACRON. (note et traduction de Danielle BLEITRACH)

Malgré la propagande biaisée qui passe pour des « nouvelles » dans les médias occidentaux grand public en ce moment, la vérité est qu’il n’y a pas de bons gars quand il s’agit du conflit en Ukraine. Mais selon le jour, certains des méchants surpassent les autres.

À Moscou, le président Vladimir Poutine a déclaré pendant des mois qu’il voulait seulement arrêter l’expansion de l’OTAN en Ukraine et dissuader les attaques contre les Russes ethniques dans le Donbass, rejetant les affirmations selon lesquelles la Russie planifiait une attaque contre son voisin. Les frappes aériennes de précision et les incursions frontalières actuellement en cours dans le cadre de son « opération militaire spéciale » ont montré que c’était un mensonge. De toute évidence, le dirigeant russe se préparait à ce que le vieil expert George W. Bush aurait pu appeler « l’autodéfense préventive ».

Poutine est à la tête d’une classe capitaliste et gangster parasitaire qui règne sur les richesses et les ressources volées que des générations d’ouvriers et d’agriculteurs soviétiques ont accumulées au cours de 70 ans de socialisme. Il rejette l’idée que les peuples et les nations ont le droit de déterminer leur propre avenir, remet en question la légitimité de l’existence de l’Ukraine et aspire à l’époque de l’ancien Empire russe.

En tant que personnalité politique, ce futur tsar des temps modernes ne mérite certainement aucune sympathie de la part des progressistes et des gauchistes occidentaux.

De la fumée s’élève d’une base de défense aérienne à la suite d’une apparente frappe russe à Mariupol, en Ukraine, jeudi 24 février 2022. | Evgeniy Maloletka / AP

Mais dépeindre simplement Poutine comme la dernière incarnation d’Hitler, un fou avide de territoire, comme le fait la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, c’est ignorer intentionnellement les plaintes légitimes en matière de sécurité que la Russie fait depuis des années. (Il s’agit également de trouver des nazis du mauvais côté de la frontière russo-ukrainienne, mais nous y reviendrons dans un instant.)

La crise actuelle est sous-tendue par des questions qui remontent à plus de 30 ans, de la fin de la guerre froide à nos jours. En 1991, le président Bush Ier a promis au dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev que lorsque l’URSS se retirerait d’Europe de l’Est, l’OTAN ne chercherait pas à y ajouter des pays dans ses rangs.

Si l’Occident avait vraiment été intéressé à créer les conditions d’une paix durable pour l’Europe, il aurait complètement dissous l’OTAN à ce moment-là.

Au lieu de cela, on n’a pas perdu une minute à prouver que la promesse de Bush était vide ; l’alliance s’est non seulement étendue aux anciens pays du Pacte de Varsovie comme la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie et la Roumanie, mais a en fait englouti des nations qui faisaient autrefois partie de l’URSS elle-même, comme la Lettonie et la Lituanie.

Avec l’excuse d’être une alliance « défensive » contre l’Union soviétique disparue, l’OTAN a été ouvertement remodelée en un instrument direct de la politique militaire américaine. L’OTAN a aidé à déchirer le pays de la Yougoslavie, a bombardé l’Afghanistan après le 11 septembre et a poussé la Libye dans une guerre civile.

Des lance-roquettes russes tirent lors des exercices militaires conjoints biélorusses et russes sur le champ de tir de Brestsky, en Biélorussie, début février. | Service de presse du ministère russe de la Défense via AP

Compte tenu de cette histoire, la crainte de la Russie que l’OTAN tire l’Ukraine dans sa sphère et se glisse directement jusqu’à la frontière russe est loin d’être absurde.
Il n’est pas étonnant que Poutine ait exigé que les États-Unis et l’OTAN retirent toutes les armes de l’Ukraine, qu’une garantie soit émise que l’Ukraine ne rejoindra pas l’alliance et que toutes les anciennes armes nucléaires soviétiques sur le territoire ukrainien soient sécurisées. N’importe quel dirigeant russe – de gauche, de droite ou du centre – demanderait la même chose.

De ce côté-ci de l’Atlantique, le président Joe Biden a sans cesse parlé pendant des mois de « défense de la démocratie ukrainienne » et d’intentions pacifiques, tout en déployant un nombre croissant de missiles et de troupes américaines plus près de la frontière russe – non seulement en Ukraine, mais aussi en Pologne, en République tchèque et dans d’autres pays.
Pleinement conscients des préoccupations de la Russie en matière de sécurité, Biden et l’OTAN ont quand même repoussé les limites, agissant comme des provocateurs intentionnels.
Un artisan de paix que le président américain n’est pas.

Bien que trop peu y aient prêté attention, Biden a également levé le voile sur les intérêts économiques américains qui poussent à une guerre russo-ukrainienne – ceux qui profitent ici chez eux des combats en Europe de l’Est. Il y a les suspects habituels, bien sûr, les fabricants de missiles et les producteurs d’avions, mais les autres grands gagnants de cette guerre sont les grandes compagnies pétrolières et gazières.

À plusieurs reprises, tout au long de la crise actuelle, Biden a menacé l’Allemagne et le gazoduc russe Nord Stream 2 et a poussé Berlin à écraser le projet. Toutes les discussions sur les pipelines ne sont pas sorties de nulle part.

Des entreprises comme Chevron, Exxon Mobil et Shell, ainsi que les centaines d’entrepreneurs de forage et d’expédition qui travaillent avec elles, veulent augmenter massivement leurs exportations vers une Europe affamée de gaz, mais la Russie et sa société publique Gazprom étaient un obstacle sur leur route.
Actuellement, le gaz naturel russe représente plus de 30% de toutes les importations dans l’Union européenne. Les principales puissances de l’UE, l’Allemagne et la France, tirent 40% de leur gaz de la Russie, tandis que d’autres pays, comme la République tchèque et la Roumanie, n’utilisent que du gaz russe.

Afin de déloger la concurrence et de s’emparer de parts de marché, les multinationales occidentales doivent ralentir le flux de gaz en provenance de l’Est. Achevé à la fin de l’année dernière et devant devenir opérationnel en 2022, Nord Stream 2 plafonnerait définitivement les ventes aux États-Unis, qui arrivent via des terminaux d’expédition coûteux.

Le gouvernement ukrainien, qui bénéficie de frais de transit pour les pipelines terrestres existants, a fait pression sur Washington tout l’été dernier pour imposer des sanctions à Nord Stream 2 et aux sociétés allemandes et russes qui en sont à l’origine.
Avec l’invasion de Poutine, les dirigeants ukrainiens et les compagnies gazières occidentales ont obtenu ce qu’ils demandaient. Nord Stream 2 est reporté indéfiniment ; L’Allemagne a relancé les plans pour plus de terminaux pour expédier du gaz américain ; et les prix mondiaux de l’énergie ont grimpé en flèche à la suite de la guerre.

Maintenant, en ce qui concerne le discours des nazis – eh bien, les vrais fascistes dans cette situation sont ceux qui gouvernent le perchoir à Kiev et ont le contrôle des forces armées ukrainiennes. Bien qu’il joue un rôle de premier plan en ce moment, le président Volodymyr Zelensky – un comédien russophone devenu politicien nationaliste – n’est que le dernier d’une série de visages tournants au sommet de l’État ukrainien de droite.

Le gouvernement actuel est arrivé au pouvoir à la suite des manifestations de l’Euromaïdan de 2014 qui ont renversé l’administration corrompue bien que démocratiquement élue du président Viktor Ianoukovitch. Essayant de jouer la Russie et l’UE l’une contre l’autre pour obtenir le meilleur accord économique pour l’Ukraine quand il était au pouvoir, Ianoukovitch est devenu la cible des intérêts commerciaux soutenus par l’Occident en Ukraine et des groupes néo-nazis ultra-nationalistes. Ces derniers se sont unis, avec le soutien des États-Unis, pour mener un coup d’État et renvoyer Ianoukovitch à Moscou.

À la suite de ce coup d’État, les syndicats et les partis de gauche ont été sévèrement réprimés en Ukraine. À Odessa, des dizaines de membres du syndicat ont été brûlés vifs dans un cas de meurtre de masse, tandis que des militants du Parti communiste ukrainien et d’autres groupes ont été contraints à la clandestinité.

Dans tout le pays, une campagne d’effacement ethnique a été lancée contre les Ukrainiens russophones, la langue russe étant interdite de la vie publique. Dans les régions principalement russes de l’est de l’Ukraine, une guerre violente s’en est suivie qui a jusqu’à présent coûté la vie à plus de 15 000 personnes. Des commandants de groupes ouvertement néo-nazis et fascistes comme le bataillon Azov ont été nommés à la tête des forces armées ukrainiennes officielles et ont eu carte blanche dans le Donbass.

À ce jour, les médias occidentaux interviewent ces « patriotes ukrainiens » sans mentionner aux téléspectateurs américains que ceux qui sont salués comme des héros sont littéralement des nazis. Pendant tout ce temps, le gouvernement américain ne sourcille pas.
L’accord de Minsk de 2015, qui était censé mettre fin aux combats et protéger les personnes qui vivaient dans le Donbass, a été largement ignoré par Kiev. Il n’est donc pas étonnant que les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk nouvellement déclarées aient demandé leur indépendance et demandé la protection de la Russie.

Depuis le début de la crise actuelle, le gouvernement Zelensky a joué la politique du pire. À un moment donné, il fait pression pour la confrontation parce qu’il pense qu’il pourrait être en mesure d’extraire plus d’aide militaire et économique de l’OTAN tout en protégeant ses propres profits de gazoduc en tant que gestionnaire du gaz russe.

Puis, à un autre moment, il met en garde contre la panique de la guerre quand il commence à sembler que la situation pourrait réellement les engloutir dans une vraie guerre.

Un radar, un véhicule et de l’équipement endommagés sont vus dans une installation militaire ukrainienne à l’extérieur de Marioupol, en Ukraine, le jeudi 24 février 2022. | Sergei Grits / AP

Zelensky a ouvertement annoncé la semaine dernière son désir de mener une guerre « avec un soutien militaire étranger » contre la Russie et les régions séparatistes de l’est.
Puis, lorsque les missiles russes ont commencé à pleuvoir et que les troupes ont traversé la frontière, il a soudainement présenté son pays comme une pauvre victime dans une « guerre d’agression ». Après s’être peut-être convaincu que la Russie ne répondrait jamais par un assaut militaire à grande échelle, Zelensky se réveille peut-être maintenant en réalisant qu’il a fait un mauvais pari.

Est-ce que tout ce qui précède justifie « l’opération militaire spéciale » actuellement menée en Ukraine par les forces de Poutine, cependant ?

Son affirmation selon laquelle l’Ukraine doit être « démilitarisée » et « dénazifiée » peut sembler un objectif louable, compte tenu de la clique qui détient le pouvoir à Kiev et des développements dans ce pays depuis 2014. Mais les mesures prises par l’armée russe – qui impliquent jusqu’à présent des frappes sur les infrastructures militaires ukrainiennes, les sites de défense aérienne, les aérodromes et les avions militaires – constituent une escalade majeure du conflit et doivent être condamnées. Poutine a dit qu’il ne voulait pas d’invasion, mais en a quand même lancé une.

Mais il y a plus qu’assez de reproches pour faire le tour.
Les États-Unis, l’OTAN et l’Ukraine ont déclaré qu’ils voulaient la paix, mais ont pris des mesures qui visaient clairement à provoquer. L’encerclement impérialiste de la Russie dirigé par les États-Unis après la guerre froide et les actions brutales du gouvernement de Kiev soutenu par les fascistes ont conspiré ensemble pour nous amener à ce moment – et maintenant Poutine profite de la situation pour poursuivre ses propres ambitions impériales.

Dans cette guerre, le peuple ukrainien sera perdant. Le peuple russe sera perdant. Les citoyens européens seront perdants. Et le peuple américain sera perdant.

Dans tous ces endroits, l’argent sera redirigé vers les dépenses militaires inutiles ou les monopoles de l’énergie et loin des besoins des gens. En Ukraine et en Russie, des centaines, voire des milliers d’autres vies seront perdues.

Pour éviter une nouvelle catastrophe et bouleverser les plans des profiteurs de guerre, tous les gouvernements et forces impliqués doivent subir des pressions pour se retirer et retourner à la table des négociations.


Voir en ligne : https://histoireetsociete.com/2022/...


Comme pour tous les éditoriaux publiés par People’s World, cet article reflète les opinions de son auteur.

   

Messages

  • 1. La Russie envahit, mais il n’y a pas de bons gars dans la guerre en Ukraine
    27 février, 11:28 - par RICHARD PALAO


    Je partage ce texte, la responsabilité initiale du conflit est celle de l impérialisme US, l OTAN et l UE qui ont renie leurs promesses et n ont eu de cesse d encercler militairement la Russie... Imaginons l inverse : que dirait et que feraient tout ces defenseurs des libertés si la Russie installait des bases militaires à Cuba au Venezuela au Nicaragua...?
    Toutefois Poutine n est pas le mieux place pour dezanifier l Ukraine puisqu il tolère et même s appuie sur des groupes neonazis qui pullulent en Russie et qui se sont même présentés aux élections législatives de la Douma et ont obtenu près de 4 % des suffrages... La denazification et la défense des Russes de Donbass ne sont que des prétextes pour justifier l invasion de l Ukraine qui entre dans un plan poutinien plus vaste de reconstruction de la grande Russie pour contrer l expansionisme de l OTAN.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?